2006 Président du conseil d'administration de la NOMCVB, Terry Epton Discours d'adieu
(discours prononcé lors de l'assemblée annuelle de la NOMCVB, le mercredi 13 décembre 2006)

Wow, quelle année ça a été...

Je tiens à remercier tous les membres du CVB, le personnel du CVB et les membres du conseil d'administration du CVB présents aujourd'hui pour leur soutien au cours de l'année écoulée.

D'une certaine manière, cette année a été la plus longue de ma vie et d'autres semblent être les plus courtes. C'est comme si je me tenais ici et que j'acceptais les responsabilités de la présidence il y a un an. La chose la plus évidente qui me vient à l'esprit est que j'ai acquis un grand respect pour de nombreuses personnes que j'ai vues se mobiliser dans des moments aussi difficiles.

J'ai vu des gens se réunir et mettre de côté leurs différences traditionnelles, parce que dans ces circonstances, toutes nos priorités se sont alignées sur le besoin sous-jacent de sauver une industrie. Je parle de la réunion d'un groupe que nous avons appelé la "Hospitality Coalition". Avec le soutien et la direction du lieutenant-gouverneur Mitch Landrieu, le CVB, la Tourism Marketing Corporation, le Convention Center, la Restaurant Association, l'Hotel and Lodging Association et d'autres ont tous abandonné leurs querelles de clocher et leurs différences pour se réunir et parler d'une seule voix afin de sauver l'industrie hôtelière.

On dit que chaque nuage, aussi sombre soit-il, a un bon côté et j'en ai été témoin cette année à plusieurs reprises. La plus évidente qui me vient à l'esprit est celle où Kitty Ratcliff a annoncé qu'elle nous quittait pour aller à St. Louis, Missouri. Nikki Nicholson a été notre bouée de sauvetage. Nikki était là pour nous et elle est la personne la mieux placée pour occuper le poste de vice-présidente des ventes du secteur des congrès. Sans ces nuages de tempête, je doute que nous serions aussi forts que nous le sommes aujourd'hui. Nikki n'a pas d'égal et le personnel de cette organisation me l'a fait comprendre.

Je me souviens que dans les semaines et les mois qui ont suivi la tempête, nous nous sommes concentrés sur la rétention des affaires. Nous avons essayé de reconfirmer des affaires définitives qui étaient sur les livres. Nous devions trouver d'autres villes où nous pourrions relocaliser les groupes et les congrès que nous ne pouvions pas servir. Peu de temps après, nous avons malheureusement constaté que d'autres villes s'appropriaient une trop grande partie des affaires qui restaient dans les livres. J'ai vu des vendeurs ici travailler pour réserver, re-rester et re-rester encore les mêmes affaires, encore et encore. Combien de cran faut-il pour faire cela ? Combien de dévouement ? Je me souviens très bien d'avoir été assis avec Nikki et Stephen Perry et d'avoir entendu dire : "Il n'y a plus rien de définitif". Je reste subjugué par les efforts du personnel et des dirigeants de cette organisation qui ont fait ce qu'il fallait pour se battre pour ce qui nous appartenait. Aujourd'hui, je suis heureux de dire que nous avons pris un virage. Nous enregistrons de nouvelles affaires à un rythme similaire à celui d'avant la tempête.

L'équipe de Nikki chargée des ventes aux congrès enregistrera plus de 750 000 nuitées cette année. Kim Priez et sa petite équipe d'experts en loisirs vont dépasser leurs objectifs et réserver plus de 150 000 nuitées cette année. C'est une excellente nouvelle car cela signifie que les gens achètent à nouveau la Nouvelle-Orléans ! Cela ne signifie pas que nous sommes sortis d'affaire. Ces réservations sont pour l'avenir et nous avons encore beaucoup de fissures, de tranchées et de canyons à combler qui ont été créés par les annulations de congrès majeurs dans toute la ville. Cela représente à la fois un problème et une opportunité pour nous. Nous avons diversifié nos marchés de manière saine et nous avons réservé de nouvelles réservations pour des groupes d'entreprises qui s'intègrent parfaitement dans les trous. Nous avons diversifié sainement nos marchés et réservé de nouveaux groupes d'entreprises qui s'intègrent parfaitement dans les vides. Dans l'ensemble, il s'agit d'un aspect positif passionnant que nous pouvons conserver pour l'avenir.

En parlant d'une lueur d'espoir dans les nuages noirs, nous avons un tout nouveau Superdome. Cela ne serait jamais arrivé sans la calamité que nous avons dû endurer. Grâce à Doug Thornton, l'un de nos nouveaux membres du conseil d'administration, et à son leadership, tous les obstacles ont été surmontés afin d'être prêts pour ce match très important du Monday Night Foot en septembre où les Saints ont battu Atlanta. Je me souviens de l'endroit où je me trouvais, comme vous, j'en suis sûr. J'étais à Chicago pour le salon IT&ME et j'ai regardé le match avec un groupe de personnes de la Nouvelle-Orléans. Je me souviens avoir pensé que toutes les émotions de la ville étaient sur la table pour ce match et que se passerait-il si nous perdions ? On a gagné ! Que pensez-vous de ces Saints ? Je tiens à remercier publiquement Doug pour son remarquable leadership. J'ai eu le plaisir de travailler un peu plus étroitement avec Doug au cours de l'année écoulée et je peux dire qu'il est l'une des personnes les plus intelligentes que j'aie jamais rencontrées.

Encore des bons côtés... le Centre de convention de la Nouvelle-Orléans. Il aurait fallu cinq ans pour rénover cet endroit et, une fois les travaux terminés, les premières parties auraient dû être rénovées à nouveau. Aujourd'hui, nous avons un centre flambant neuf de bout en bout ; il est plus grand et meilleur à tous égards que ce qu'il était le jour de son ouverture. C'est sous la direction de Warren Reuther, qui a refusé d'échouer, que nous avons vu le centre terminé en un temps record. Avez-vous remarqué qu'un salon nautique s'y est tenu la semaine dernière ? C'était la première exposition de construction complète que nous avons accueillie depuis la tempête. Warren fait le travail et il mérite toute notre reconnaissance.

Le Superdome est réparé et le Centre de convention est réparé ; maintenant nous travaillons sur l'aéroport. Je suis heureux de faire partie d'un comité chargé d'étudier et de trouver des moyens de mettre l'aéroport aux normes de l'industrie.

Je ne peux pas en dire assez sur le personnel et la direction du Bureau. Cela fait maintenant près de 16 mois que ces personnes poussent et tirent les choses vers le haut. Il est important de rester concentré sur son objectif lorsque l'on gravit une montagne. Mais il est également important de s'arrêter de temps en temps pour regarder en arrière et voir le chemin parcouru, juste pour s'inspirer. Nous avons parcouru beaucoup de chemin au cours de cette année. Nous avons eu plusieurs premières. Nous avons eu notre premier Mardi Gras post-Katrina et notre premier Jazz Fest post-Katrina. Nous pouvons organiser des événements spéciaux comme aucune autre ville dans cette ville, et je crois que nous savions tous que nous pouvions le faire, même si je me souviens que dans les jours précédant Mardi Gras, nous étions vraiment inquiets d'accueillir ce grand événement si tôt après la tempête.

Pourtant, le grand test restait à venir. Nous devions organiser une grande convention à l'échelle de la ville - la réunion de l'American Library Association en juin - pour prouver que nous étions vraiment prêts à travailler. J'ai vu cette organisation se mobiliser, former des comités et prendre toutes les mesures possibles pour assurer le succès, jusqu'à amener toute la communauté à ramasser physiquement les déchets dans toute la ville, juste pour montrer notre meilleur visage après la tempête. Je dois vous dire que le leadership ici est incroyable. Les personnes qui courent vers les problèmes sont rares. Ce sont eux les vrais leaders. Il est toujours plus facile de reculer devant les problèmes, mais le rare individu qui court vers eux est une personne de grande valeur. Si une entreprise a quelques personnes de ce genre, elle a de la chance. Ce CVB a des dizaines de personnes de ce genre. Cela n'est pas le fruit du hasard. C'est le fruit d'un recrutement éclairé et d'un leadership exceptionnel.

Je ne peux pas nommer toutes les personnes que j'aimerais nommer maintenant, car je ne me souviendrais jamais de toutes et je ne voudrais pas laisser quelqu'un de côté. Je vais donc vous signaler certains des leaders qui font la différence, qui mènent le bon combat. Deux personnes qui passent largement inaperçues à l'extérieur du bâtiment du CVB et qui font fonctionner cet endroit sont Steve Moeller, le vice-président des finances et de l'administration, et Tammie Boteler, la directrice des finances. Steve a supervisé la construction de cet endroit et il en assure le fonctionnement. Il supervise également les ressources humaines, entre autres choses. Tammie tient les comptes et protège nos actifs. Ils sont tous deux remarquablement professionnels et il est très agréable de travailler avec eux.

Nous avions deux postes importants à pourvoir depuis un certain temps dans le domaine de la communication et des relations publiques. Nous attendions toujours que les candidats parfaits se présentent et les gens commençaient à dire qu'il fallait que les postes soient pourvus. Dire que l'attente en valait la peine serait un euphémisme. Nous avons obtenu les deux candidats les plus parfaits de la planète. Notre nouvelle vice-présidente de la communication & Public Relations, Kelly Schulz, était récemment directrice de la communication de Meeting Professionals International, au siège international de MPI à Dallas. Kelly est originaire de la paroisse de Saint-Bernard et elle est rentrée chez elle pour faire le travail de sa vie, en acceptant le poste de relations publiques le plus difficile du pays. Elle traite tous les jours avec les médias post-Katrina et fait d'importants progrès. Avec Kelly, c'est une mission, c'est une vocation. Nous avons beaucoup de chance de l'avoir. Notre nouvelle directrice de la communication et des relations publiques est Mary Beth Romig. Elle est issue de la première famille des relations publiques de la Nouvelle-Orléans, la famille Romig. Mary Beth est elle aussi venue en courant vers le problème et la possibilité de faire une différence pour la ville qu'elle aime. Elle est un concentré d'énergie. Nous avons la chance d'avoir ces deux personnes formidables dans notre équipe.

Avant la tempête, Stephen Perry a eu l'idée de créer un conseil consultatif des clients. Ce conseil est composé de quelques-uns des acteurs les plus influents du secteur de la planification des réunions et des congrès, tous des planificateurs majeurs. La valeur de cette décision est devenue évidente peu après la tempête, lorsque nous avons réalisé que nous avions un groupe de défenseurs de la Nouvelle-Orléans qui se sentaient vraiment investis dans cette ville. Ils ont fait partie de ce qui s'est passé et ont été motivés de manière désintéressée pour nous aider de toutes les manières possibles. Si nous avions essayé de les recruter après la tempête, nous aurions eu l'impression de chercher des pom-pom girls pour faire un travail très difficile. Mais ils étaient sur place et voulaient nous aider. L'une des premières suggestions auxquelles nous avons donné suite avant la tempête a été d'engager un défenseur du client, car le conseil consultatif pensait que la Nouvelle-Orléans était perçue comme difficile à travailler et à négocier du point de vue du client. Le résultat de cette suggestion a été l'embauche d'une organisatrice de congrès professionnelle, Donna Karl, qui est devenue notre vice-présidente des relations avec la clientèle. Donna a fait un travail remarquable en créant une norme de service client de haut niveau pour la Nouvelle-Orléans et elle est maintenant plus impliquée dans les efforts du conseil consultatif en cours. Ce conseil s'est réuni la semaine dernière et tous ont été très positifs quant aux progrès que nous continuons à faire.

Je viens d'évoquer la vision de Stephen et je peux dire que je ne pense pas que nous serions aussi avancés que nous le sommes aujourd'hui sans son leadership, son expérience et sa volonté de se frayer un chemin dans n'importe quelle situation. Cet homme est comme un chien avec un os lorsqu'il s'agit de se battre pour notre industrie et ce que nous méritons. C'est un penseur clair et un bâtisseur de consensus pratique. Je suis sûr que l'équipe que nous avons constituée ici est due en grande partie au leadership de Stephen.

La Nouvelle-Orléans se relèvera. Je le sais dans mon cœur car elle s'est relevée tant de fois dans le passé. Nous avons déjà été battus par des ouragans &, des inondations, attaqués par l'armée britannique, frappés par des épidémies de fièvre jaune, de grands incendies, des pirates infâmes, des politiciens notoires, tout ce qui pouvait nous tomber dessus. Cette ville a été occupée par les troupes de l'Union pendant la guerre civile pendant des années. Nous sommes toujours revenus et la ville revient maintenant sur les épaules de l'industrie hôtelière. Nous serons meilleurs pour nos épreuves, tout comme nous l'avons été dans le passé. Les gens aiment tout simplement cette ville et il y aura toujours une Nouvelle-Orléans. La question est de savoir à quelle vitesse nous pouvons revenir et ce que cela demandera à chacun d'entre nous.

Je me sens obligé de mentionner deux personnes du conseil d'administration qui ont été des mentors pour moi tout au long de cette année. Mark Sanders est un roc absolu, un franc-tireur qui dit exactement ce qu'il pense. Al Groos est impliqué et concentré à chaque étape du processus. Ils montrent tous deux l'exemple.

Amy Reimer, directrice générale de l'International House Hotel, est notre nouvelle présidente pour 2007. Elle a été la présidente du comité des adhésions l'année dernière. Je pense que le maintien de 83 % de nos membres en période de crise est une grande victoire et le mérite en revient à Amy. Je suis enthousiasmé par Amy et la "boîte à outils" unique qu'elle apporte à notre conseil d'administration en tant que présidente 2007. Entre autres choses, Amy a commencé sa carrière dans ce secteur en tant que responsable des ventes pour cette organisation il y a plusieurs années. Chaque président a sa propre façon de diriger. Al ne l'a jamais fait comme Mark. Je ne l'ai pas fait comme AL et je suis sûr qu'Amy ne le fera pas comme moi. Je suis également certain qu'elle sera un excellent président.

Nous pouvons et devons nous concentrer sur le travail qui nous attend. Mais nous devons aussi nous arrêter et prendre le temps d'apprécier le chemin parcouru. De nombreux visages ont disparu de cette communauté. Beaucoup de gens sont partis travailler ailleurs. Nous sommes les survivants, ceux qui ont tenu bon et je crois que ceux qui seront reconnus comme responsables de la renaissance de notre industrie et de notre ville. Félicitations à vous tous.

Combien de fois dans la vie une personne a-t-elle la chance de faire une réelle différence ?

Eh bien ... Je peux honnêtement dire que j'ai fait de mon mieux.